Que c’est la fête du Têt au Vietnam

Quand a lieu la fête du Têt ?
De toutes les fêtes qui jalonnent le calendrier vietnamien, la fête du Têt est de loin la plus importante : marquant la première nouvelle lune de l’année, cette fête – appelée aussi Têt Nguyen Dan (littéralement, « fête du premier jour ») – se célèbre chaque année entre le 21 janvier et le 20 février, dans la période séparant le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps. En 2023, les festivités commenceront le dimanche 22 janvier, en même temps que le Nouvel an chinois, et célébreront l’année du Chat. En 2024, il faudra attendre jusqu’au samedi 10 février pour fêter l’entrée dans l’année du Dragon.

Comment se passent les célébrations du Têt au Vietnam ?

Au Vietnam, les principales festivités ont lieu entre le premier et le troisième jour du premier mois lunaire, mais de nombreux préparatifs précèdent ces célébrations. Plusieurs régions jouent même les prolongations, organisant pendant trois, quatre ou cinq jours supplémentaires des événements dans les grandes villes, de Hanoï à Hô Chi Minh-Ville.

Une grande partie des célébrations se passent en famille. À J-7, les Vietnamiens entament leur grand ménage annuel, astiquant chaque recoin de la maison, décorant leurs intérieurs de créations florales et disposant quelques offrandes sur un autel domestique afin que le génie du Foyer, arrivé un an plus tôt dans la maison, reparte dans le monde céleste satisfait et apaisé. Monté au ciel, ce dernier doit rapporter à l’empereur de Jade tous les faits et gestes – bons ou mauvais – de la famille pendant l’année, puis revenir prendre ses fonctions de gardien à minuit pile le soir du nouvel an, au son des tambours et des pétards.

Les grandes célébrations peuvent alors commencer : lors du premier jour du Têt, les temples de tout le pays et les autels de chaque foyer voient les familles se réunir pour préparer les offrandes aux Dieux et réciter quelques prières. Consacré à la visite des proches et amis, le deuxième jour est particulièrement joyeux : autour d’un thé ou d’un repas chaleureux, des étrennes glissées dans de petites enveloppes rouges sont données aux enfants qui, en échange, présentent leurs vœux de bonheur aux membres plus âgés de la famille. Plus calme, le troisième jour est un moment de recueillement sur les tombes des ancêtres et des proches décédés.

À Hanoï et ailleurs, des fleurs, des concours de pétards et des processions de rue
Hors du foyer, les célébrations sont nombreuses et, surtout, très colorées : quelques jours avant le Têt, tous les marchés du pays se parent de fleurs et décorations florales. Les fleurs de pêchers et de kumquats sont les fleurs traditionnelles du Têt dans le nord du Vietnam, tandis que la fleur jaune de l’abricotier est plus typique dans la partie sud du pays. Dans les deux cas, les fleurs, en motifs ou en vrai, sont au centre de nombreuses processions dans les villes et villages, notamment à Hanoï, la capitale du pays, et Hô Chi Minh-Ville où elles prennent la forme de magnifiques floralies sur le fleuve.

Dans la région de Hanoï, les festivités se poursuivent lors du quatrième jour avec, à Dong Ky, l’organisation d’un immense concours de fusées, pétards et explosifs ornés de l’animal symbolique de l’année. Deux jours plus tard, une autre célébration a lieu au sein du temple de Ha Loi à Me Linh, dans la banlieue de Hanoï : organisée pour commémorer la lutte des sœurs Trung contre l’occupant chinois au premier siècle, cette procession de palanquins portés par des femmes s’achève par une offrande de galettes de riz dans la pagode de Ha Loi. Un hommage millénaire qui clôt une semaine riche en célébrations dans tout le pays.