Aumone des bonzes au Laos

04/08/2015 09:40, hits view: 509 Petit journal

Aumone des bonzes au Laos

Le ciel indigo commence à pâlir, la brume s’accroche encore aux branches des grands arbres qui surplombent les petites rues tranquilles de Luang Prabang, dans le nord du Laos. Dans l’aube, on distingue des silhouettes drapées de robes orange qui s’avancent en silence, en file indienne. Les moines bouddhistes, têtes rasées, vont nus pieds. Sur le bord du chemin, des femmes agenouillées sur des nattes déposent des boulettes de riz collant dans le bol d’aumône que chaque moine porte en bandouillère.

Chaque matin, ils sont ainsi des centaines de bonzes à prendre part au rituel de l’aumone de moine (la quête matinale) dans les rues de Luang Prabang, surnommée la cité des moines, une ville de 25 000 habitants inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle compte une trentaine de temples, que les moines quittent au son du gong pour aller quérir leur pitance auprès des fidèles. Cette cérémonie illustre le lien étroit qui unit les religieux à la population locale. Par leur geste, les dévots veulent exprimer leur générosité, une qualité primordiale aux yeux des Laotiens. Les moines, quant à eux, promettent de se nourrir exclusivement de ces dons.

l’aumone de moine dans une rue de Luang Prabang
Les bouddhistes pratiquants commencent la veille la préparation du riz gluant qui sera offert le lendemain. La préparation est longue: il faut d’abord retirer les impuretés du riz à la main, le rincer, le laisser tremper toute la nuit, puis le faire cuire à la vapeur au petit matin, avant le lever du soleil. Il sera ensuite distribué, encore chaud, une poignée à la fois, aux moines qui défilent. Le «vénérable» (maître) de chaque temple est en tête de son cortège et les novices, parfois âgés d’une dizaine d’années seulement, ferment la marche. À la fin du parcours, sur la rue Sisavangvong (l’artère principale), les moines dont le bol d’aumône déborde partagent leur butin avec leurs confrères qui en ont moins reçu. Et à la toute fin, des enfants pauvres, agenouillés sur le trottoir, tête baissée, reçoivent à leur tour quelques poignées de riz.
Les visiteurs peuvent faire des dons de riz s’ils le désirent, mais «seulement si cette offrande correspond à une démarche religieuse personnelle que vous pouvez pratiquer dans la dignité», précisent les règles. Il faut se déchausser pour participer à la cérémonie, et les femmes doivent être agenouillées. Tous les 28 jours, à la pleine lune, les dévots sont plus nombreux et offrent, en plus du riz, des bonbons, des gâteaux et de l’argent (pour permettre notamment à certains moines de payer leur téléphone portable).

 

Related news

La levée du visa pour les francais
28/06/2015 11:55 / Admin
Le 18 juin 2015 dernier, gouvernement vietnamien a adopté une résolution pour supprimer le visa pour les citoyens de 5 p ...
Devis Gratuit Réponse sous 48h Rappel Téléphonique Gratuit